Top départ saison 2019 : deux courses, deux podiums !

Suivez-nous sur Twitter !

Moi quand je réalise que ça fait un an et demi que j'ai pas eu de weekend...

On a beau s'y préparer, le mois d'avril en Mini, ca donne sacrément l'impression d'être un hamster dans une roue microscopique... Et autant vous dire que je n'ai pas encore franchement trouvé le moyen d'en sortir, puisque la Mini en Mai part demain, lundi 6 mai, de la Trinité-sur-Mer ! Malgré ce rythme effréné de ministes-rongeurs, j'avais quand même envie de jeter quelques mots sur le clavier pour vous raconter mes premières courses de la saison 2019, et mes premiers podiums bien chargés en émotion !

[Top départ !] Plastimo Lorient Mini 6.50, 213 milles en double, 3e

12 avril, 12 heures tapantes... Cette fois, s'ayait, nous y sommes ! C'est la première course de la saison 2019... celle qui s'achèvera par la MiniTransat, course de légende qui me fait tant rêver depuis que je suis aussi petit qu'un intérieur de Mini 6.50 ! Autant vous dire que l'envie est bien présente à bord du 945 au moment du départ ! Et pour cette course en double, j'ai pas choisi le moins motivé des coskippers, puisque c'est Clément Bouyssou navigateur qui est venu voir de plus près ce que la Tartine a dans la carène. 

Le brief du coach avant le départ ? "Tenue de plage en journée, tenue de ski la nuit". Ca s'annonçait plutôt frais sur ce parcours de 213 milles théoriques entre Groix, Penmarch, l’île d’Yeu et retour à Lorient. Le départ se fait dans un vent plutôt faible, de l’ordre de 7-8 nœuds de secteur est. Mais on s'en sort plutôt bien et on se cale très vite en deuxième position, à la chasse du 800 mené pour l'occasion par son ancien skipper gagnant de la MiniTransat 2015, Fred Denis. Jusque là, ça va...

 

Et puis... On se rate complètement, il faut le dire ! On fait le mauvais choix de placement pour enrouler les Glénans, et on se retrouve comme des vaches à regarder défiler le train. Sauf que le train en question, c'est toute la flotte des Minis en goguette. Là, je vais rester poli, mais je vous avoue qu'il y a peut-être quelques noms d'oiseaux (destinée à ma seule personne, je vous rassure) qui ont fusé en plein milieu de la nuit - pardon aux chastes oreilles des quelques dauphins qui trainaîent dans les parages...

Heureusement que Tartine est un bateau qui comprend vite que sa place n'est pas en queue de peloton ! Au petit matin, on commence notre remontada, et on passe une bonne trentaine de petits copains pour se recaler en troisième position, à moins de 5 milles du 800, toujours leader, et à moins de 3 milles du 865 de François Jambou. Bref, des étraves familières, puisque c'est toujours avec eux que je me retrouve à ferrailler sur les derniers milles ! Le dernier long bord pour rentrer à la maison se fait pied au plancher, à 12 nœuds de moyenne... Quelles sensations de glisse, c'est fou le Mini quand même ! On se donne à fond pour revenir sur les leaders, mais ça ne suffira pas, et on boucle la course en troisième position. 

Moralité : Il faut continuer à travailler ! Le 945 est un super bateau, mais ça ne suffit pas ! Je suis arrivé très fatigué sur cette course car j'ai énormément travaillé ces dernières semaines (pas que pour le Mini malheureusement, il faut bien faire bouillir la marmite !), et j'ai bien senti que ça a joué dans les petites maladresses commises sur l'eau. Néanmoins, j'ai passé un très bon moment sur l'eau (notamment du fait de la bonne compagnie) et je suis heureux d'accrocher un premier podium, car c'était loin d'être gagné en regardant le classement à mi-parcours... Donc je retiens aussi qu'il ne faut rien lâcher car tout peut se retourner très vite - au grand dam des nerfs de ceux qui me soutiennent derrière la carto !

Le résumé de cette belle course en vidéo : 

 

Pornichet Select 6,50, 230 milles en solitaire - 2e

C'est rassurant de sentir que l'être humain apprend parfois de ses erreurs (sauf quand il doit penser à arroser les plantes vertes, mais ça c'est une autre histoire...) Cette fois, j'ai eu le temps d'engranger un peu plus d'heures de sommeil avant le départ. Et hamster reposé nettement plus prêt à tout donner. D'entrée de jeu, je me sens déjà déjà dans le match sur ce parcours légèrement raccourci du fait d'une météo un peu velue. 

Je vire en tête dès la première marque du parcours, et je réussis à maintenir voire même à accentuer mon avance sur mes petits poursuivants. Seul François Jambou sur le 865 s'accroche derrière, mais le rythme qu'on met tous les deux sur nos petits bolides respectifs nous permet vite de décoller le reste de la flotte. Je fais les trois quarts de la course en tête, y compris le long bord pour remonter vers Pornichet. Jusqu'à la dernière bouée du parcours... Je me retrouve un peu trop décalé à l'ouest par rapport à François, qui en profite pour virer en tête (remarquez qu'il aurait été bête de s'en priver) A tout casser, 300 mètres nous séparent...

 

Les trente derniers milles de la Pornichet Select résument à eux seuls ce qu'on vient chercher en prenant le départ d'une course... C'est la régate à l'état chimiquement pur, et je peux vous dire que dans ces moments là, la fatigue disparaît complètement (même avec seulement trois fois trente minutes paupières closes en 36 heures...) ! Pas de chance pour moi, je n'arriverai jamais à rattraper mon petit retard sur François, notamment parce que mon jeu de voiles manque cruellement d'armes aussi affutées que les siennes (croyez moi que j'aurais donné cher pour avoir son medium à ce moment précis !!). Je finis donc 5 minute et 5 secondes derrière lui, tandis que le troisième est relégué à plus de trente milles et arrivera six heures après. 

Moralité : Forcément qu'il y a un peu de déception à se contenter d'une deuxième place après une course aussi intense. Vous connaissez la rengaine : "seule la victoire est belle".... Néanmoins je suis content d'avoir pris autant de plaisir sur l'eau, et de voir Tartine aussi à l'aise ! En revanche, il devient urgent d'étoffer mon jeu de voiles, et ça tombe bien, je peux compter sur mon partenaire North Sails pour ça ! Depuis l'arrivée de la Sélect, nous avons pu faire une nouvelle sortie en mer ensemble, afin d'affiner mes choix de voiles... Vous me connaissez, ça va être assez radical !! Hâte de vous montrer ça, et hâte aussi de trouver un partenaire pour y apposer un magnifique logo...

Merci à tous pour vos petits mots d'encouragement, ça fait toujours chaud au cœur évidemment ! Pour avoir des informations plus régulièrement, n'hésitez pas à me suivre sur Facebook, sur Twitter, et sur Instagram !

Mi-content, mi-énervé, ça se voit ? 

Contact

TY STARTIGENN

Axel TREHIN

06.67.39.06.78

axel.trehin@gmail.com

Contact partenaires et presse

06.68.43.39.44

Dernières Actus

Plus d'info sur

  •    
  •    
  •